Rosa, rosa, rosam

IMAG0721_BURST001

Chez nous, les habits bébé, c’est une affaire de famille, et une affaire qui tourne.

A la naissance de Petit Gris, j’ai eu la chance de récupérer au fond du grenier quelques trésors bien cachés, gardés précieusement par ma maman depuis des années. Des trucs pas pratiques pour un sous mais qui résonnaient en moi tellement fort que je n’ai pas pu m’empêcher de les sortir quand même du sac. Le pyjama que je portais sur la photo de la maternité, le burnous que portait mon papa à la sortie de la maternité, les pulls et les gigoteuses tricotés par ma mamie, la fameuse salopette patte d’eph jaune fluo taille 9 mois…

A ce gros sac de merveilles sont venus s’ajouter de multiples sacs bien remplis par KH, ma belle soeur, fan de fringues à ses heures, et qui a eu la bonne idée de fabriquer un grand cousin à Petit Gris pile 2 ans auparavant.

Tous ces habits ont circulé de la Suisse jusqu’à Lille, en passant par le Bout-du-Bois, avec des retours réguliers en zone bretonne pour cause de stockage récurent. Ils ont servis d’abord à cousin K., puis à Petit Gris, puis à Petitom venu après, puis à Orangette, puis à Petijo, et s’apprêtent à repartir bientôt pour Nancy où une certaine Moneypenny est actuellement en cours de création.

Bon, tout ça c’est bien beau et bien pratique, sauf qu’après une tripotée de garçons, c’est Orangette qui a pointé le bout de son nez. Forcément, quand j’ai rouvert le premier carton de fringues premier âge, j’ai trouvé le moyen de râler, parce que bon quand même, c’est des habits de petit gars tout ça, et que vous comprenez ma bonne dame, j’ai une fille a élever moi, blablabla…  Du coup, les copines, les tantes, les belles soeurs, les copines des belles-soeurs, les mamies, elles s’y sont toutes mises pour venir à ma rescousse, à grands coups de cartons d’habits de filles… roses.

Et maintenant, sa garde robe déborde de rose. Rose bonbon, rose fuchsia, rose pale, vieux rose, rose saumon… Tous les jours ou presque, Orangette est habillée en rose. Du bavoir au pantalon, il y a toujours un petit quelque chose qui dépasse. J’ai parfois l’impression qu’elle ressemble à un bonbon.

Pendant ma grossesse, ma mère trouvait de bon goût de surnommer ma fille Rose. Il faut croire qu’elle avait vu juste…

En attendant, moi, je n’en peux plus du rose !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s