Autruche, quand tu nous tiens…

image

Il y a 2 semaines, on a passé une semaine en Bretagne, une semaine enchanteresse entre famille et amis, 2 jours ici et 3 jours là, à profiter du bon air de la mer, de l’énergie des uns et de la présence bienveillante des autres. Une parenthèse reposante et dépaysante dont nous avions bien besoin, pour nous sortir le nez du quotidien.

J’avais un peu peur au départ de nuits difficiles pour nos oiseaux, à changer de chambre tous les 2 jours. Mais non, ils se sont adaptés sans soucis à tous leurs petits nids.
Petit Gris à découvert les joies du lit de grand, et toute la liberté que cela procure. Il a joué de son statut de grand frère pour embêter sa soeur autant qu’il le pouvait dans une chambre format mini d’où l’on entendait s’élever des fous rires à l’heure du coucher. Il a découvert le plaisir de jouer et de dormir 3 jours durant avec des plus grands, Gagou 5 ans, et Lulu 7 ans. Et maintenant il demande tous les soirs à dormir dans sa cabane; merci les copains! Il a eu droit a un essai « je ne porte plus de couches parce que mes parents l’ont décidé » (rattage complet, évidemment!). Il a redécouvert le plaisir de la plage, grimpé sur des rochers avec son tonton, été en pèlerinage régulier sur le port pour admirer le camion-grue, trouvé que la Manche fait froid aux pieds et que les moules c’est meilleur que les pizzas.

Orangette, au milieu de tout ça, a bien tiré son épingle du jeu, jouant de ses sourires éclatants pour séduire à tout va, et de ses cordes vocales pour le cas où l’on aurait oublié de la regarder pendant 3 minutes. Ce qui arrive rarement: croquignolette comme elle est, elle trouve toujours des bras pour l’accueillir ou une main pour l’accompagner dans ses grandes découvertes sur ses deux pieds.

Bref, une semaine d’amour en perfusion, du bonheur en barre.

Je suis revenue pleine d’énergie, confiante, battante, avec l’envie d’affronter plutôt que d’éviter. Parce qu’en temps normal, je suis plutôt la reine de la politique de l’autruche.

Malheureusent, à la faveur des levés matinaux et des nuits trop courtes, l’autruche revient galop! Il va falloir que je trouve le courage de lui donner un bon coup de pied au derrière à celle-là, histoire qu’elle sorte la tête du trou!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s