Au dodo!

Après notre petit séjour breton, nous avons enfin pris le temps de transformer le lit à barreaux de Petit Gris en lit de grand. A plus de 3 ans, il était plus que temps. Un petit tour chez les suédois pour trouver un sommier et matelas, quelques vis et bouts de bois pour faire tenir le cadre transformé, un réaménagement de la chambre pour faire tenir le lit dedans et le tour était joué.
Petit Gris a participé tout fier à ce grand chambardement. Équipé de la visseuse de son père, il « vissait » tous les trous qui lui passaient à portée de main et est encore persuadé aujourd’hui que c’est lui qui a monté le lit.
Et depuis, c’est un bonheur chaque jour renouvelé pour un Petit Gris qui découvre les joies d’une liberté toute neuve. Car depuis, Petit Gris kiffe sa chambre. Il en explore tous les recoins (surtout les combles interdits, évidemment; il devient urgent que l’on construise enfin les placards dont on a fait les plans il y 2 ans!), déplace ses jouets, fait des galipettes sur son lit, sème ses livres, se cache dans son tipi…

image

Mais surtout, surtout, il peut allumer et éteindre sa lumière depuis le bout de son lit. Et alors ça, c’est vraiment le top. Surtout le soir, quand il est l’heure pour Petit Gris d’aller se coucher. Tous les soirs, depuis qu’il se couche dans son lit de grand, l’excitation monte au moment du coucher, et ça fini en eau de boudin. Petit Gris choisi un livre, va se glisser sous couette, et on lit le livre ensemble, bien au calme, bien au chaud. Puis il est l’heure de poser la tête sur l’oreiller. Et là, tous les soirs, un petit rire bête commence à sortir de la bouche du fiston qui se met secouer sa couette en rigolant, se lève et se relève incessament pour appuyer sur l’interrupteur, va chercher des livres, bref, continue d’explorer cette liberté nouvellement acquise. Et nous de dire et de redire qu’il est l’heure de dormir. Et de finir par nous fâcher.
On a essayé pas mal de choses pour éviter ces fâcheries. Le laisser lire dans son lit 1/4 d’heure tout seul avant d’éteindre, le laisser dormir avec son camion de pompier, parler avec lui et lui expliquer que demain sinon il sera fatigué blablabla, le laisser se gérer tout seul en espérant qu’il finisse par tomber de fatigue dans son lit comme une prune bien mûre (ce qui est arrivé, mais à 22h30). Mais non, la seule chose qui finisse par fonctionner, c’est la grosse voix associée aux gros yeux.
Hier soir, après la fâcherie quotidienne et Petit Gris enfin allongé sous sa couette, je l’entendais se murmurer sur l’oreiller « dodo, c’est dodo maintenant. Sous la couette. Chuuuut! ». A croire que c’est devenu son nouveau rituel… Dites-moi que non, dites-moi que ça passe, parce que personnellement, je trouve ça juste usant!

Photo: un Petit Gris enfin endormi, avec ses livres pour doudou… Là, j’avoue, mon coeur de maman a chaviré!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s