Cette première rentrée

Petit Gris à fait mardi sa toute première rentrée. J’ai fait mardi, avec Petit Gris, ma toute première rentrée. Je suis devenue parent d’élève.

Je pensais gérer tout cela à merveille. Et je me suis laissée surprendre, à m’émouvoir, à m’inquiéter, à y penser toute la journée.

Je lui ai fait le matin un gros baiser sur le perron de la maison, et je l’ai regardé partir tout fier avec son petit sac sur le dos, rassuré d’y savoir son doudou au chaud, sur son dos, tout près de lui.

C’est MC qui s’est chargé de l’accompagner dans la classe, de vivre avec lui cette rentrée. C’est que Petit Gris pleure encore quand il me voit partir et nous préférions éviter de rendre les choses encore plus difficile.C’est donc main dans la main avec son père qu’il est entré dans l’école. Il y a retrouvé avec bonheur quelques copains, L. qui était gardé avec lui chez Dame Tartine, et surtout E. son grand copain.

C’est à peine s’il a jeté un regard à son père quand il est parti, tout occupé qu’il était à jouer avec d’autres. Lui qui hésitait à passer le pas de la porte de la salle de gym l’an dernier, quel changement!

Puis la journée est passée. Cantine, sièste, car scolaire, Dame Tartine. C’est chez elle que nous sommes allés le récupérer à 18h, en même temps qu’Orangette. Nous y avons retrouvé un Petit Gris visiblement impressionné par sa journée, qui avait dû être changé au réveil de la sieste, qui avait beaucoup pleuré dans ce car scolaire si grand, si bruyant, si impressionnant et qui avait sauté dans les bras de Dame Tartine pour descendre de ce grand car, rassuré de retrouver un figure connue et aimée.

La deuxième journée fut un peu sur le même schéma, avec en plus à découverte de l’accueil de loisir. J’aimerais être une petite souris pour savoir comment se passent ses journées. Je sens bien que c’est dur pour mon petit garçon, tous ces changements, tous ces repères nouveaux qu’il lui faut se créer. Je sens bien que son petit coeur bat à 100 à l’heure, qu’il a un peu envie et beaucoup peur aussi.

Mais je lui fais confiance, je sais qu’il y arrivera. Bien sûr, mon coeur de maman se serre quand je sais qu’il a pleuré et je me demande comment l’aider à affronter toute cette nouveauté qui semble si difficile à apprivoiser. Et puis je le retrouve le soir, joyeux et rieur, il me raconte ce qu’il a mangé à la cantine, qu’il a appris à dessiner des ronds, qu’il a joué avec E… Alors je souris et je sais qu’il a en lui la force nécessaire pour apprivoiser tout cela. Et je sais qu’il sait, lui, que nous nous retrouvons le soir, pour faire le plein de câlins, de bisous, prêts l’un comme l’autre à repartir le lendemain vivre une nouvelle journée le coeur rempli d’amour.

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s