Quand rentrée et propreté ne font pas bon ménage

image

On dit que l’enfant deviendra propre quand il sera prêt, qu’il faut certes l’accompagner, mais ne pas le pousser, au risque de provoquer des situations de blocage.
 
La maturité physiologique de l’enfant, qui intervient généralement entre 18 mois et 3 ans, doit être atteinte. Cela semble évident. Il nous faut donc, parents, être à l’écoute des signes de nos enfants et leur proposer un accompagnement bienveillant quand ceux-ci se manifestent, pour les aider à apprivoiser cette démarche qui ne leur est pas familière: se rendre aux toilettes. Cela signifie d’abord pour eux de ressentir, dans leur corps, le besoin d’uriner ou d’aller à la selle. Puis la capacité à comprendre ce besoin, soit en se rendant seul aux toilettes, soit en le verbalisant, pour que quelqu’un accompagne.
 
Quand cela s’en arrête là, tout roule relativement rapidement. Mais de nombreuses angoisses inconscientes peuvent également faire leur apparition autour de cela: c’est là que la question de la maturité psychologique de l’enfant entre en jeu.
 
Ces enjeux-là, puisqu’inconscients, nous dépassent un peu la plupart du temps. Et nous nous retrouvons bien seuls, parents, pour proposer le bon accompagnement, celui adapté à notre enfant, au besoin qu’il exprime à ce moment précis.
 
Petit Gris a fait sa rentrée difficilement. Enfant particulièrement sensible, depuis tout petit, il se montre affecté par toute situation de changement.
 
Pour ce qui est de l’acquisition de la propreté, j’en avais déjà parlé ici, le chemin a été long et n’est toujours pas vraiment parcouru d’ailleurs. Nous avons fait le choix de ne pas le brusquer. Vers 2 ans ½, nous avons acheté un pot et un réducteur, mais il n’y a pas montré d’intérêt. Vers 3 ans, l’intérêt n’étant toujours pas là, nous avons un peu accru nos sollicitations. Insister sur l’exemple (avec nous et chez la nounou), proposer à des temps réguliers dans la journée (après le lever, avant le repas, avant de se coucher…), acheter des couches pull-up, puis des sous-vêtements, lus beaucoup de livres, demandé régulièrement s’il souhaitait porter un slip. Petit à petit, Petit Gris a fait de plus en plus souvent pipi dans le pot ou sur les toilettes, tout fier de tirer la chasse d’eau. Mais il ne demandait pas à se rendre aux toilettes et s’accrochait à sa couche quand il s’agissait de changer une selle.
 
A 3 semaines de la rentrée scolaire, nous avons profité des vacances pour arrêter les couches. Après discussion avec lui, il a accepté de ne plus en porter, mais la proposition, un peu ferme, venait clairement de nous. Les premiers jours furent humides, évidement, mais petit à petit il a compris qu’il pouvait retenir son urine. Nous guettions les signes et lui proposions d’aller aux toilettes. Chaque fois il répondait « non, pas pipi », mais à force de le voir se dandiner, nous l’accompagnons un peu de force et il faisait pipi dans son pot. Mais rarement ses selles. Au bout de quelques jours, il a refusé de mettre sa couche pour la sieste. Il a voulu dormir les fesses à l’air. Pas d’accident. Quelques jours plus tard, il a demandé à retirer la couche pour la nuit. Les fesses à l’air également. Et pas d’accident.
 
En l’espace d’à peine 2 semaines, Petit Gris est devenu propre la nuit. Mais pas le jour. Le jour, ça traine encore. Il faut lui proposer car il ne demande pas. Et s’il accepte facilement de faire pipi, la question des selles semble clairement être plus compliquée pour lui.
 
Après 3 semaines « d’apprentissage » un peu intensif (nous avons clairement focalisé sur la question pendant toutes les vacances), nous appréhendions forcément la rentrée scolaire. Gérer à la fois la création de tous ces nouveaux repères et maintenir les acquis en terme de propreté, nous savions que cela ferait beaucoup pour Petit Gris. Et ça n’a pas loupé. Chaque jour, Petit Gris est changé à l’école.
 
Aujourd’hui, nous sommes un peu perdus face à cette situation. Essayer de rester dans une démarche d’accompagnement n’est pas toujours si simple quand on a la pression de l’école et le risque que notre enfant n’y soit plus accueillis tant qu’il ne sera pas « propre ».
 
Et là je me rends compte que s’il s’agit d’accompagner notre enfant, la propreté n’est cependant pas une acquisition qui se fera toute seule, mais aussi une question d’éducation. L’accompagner, c’est l’éduquer. L’aider à se rendre compte qu’il est le seul qui peut décider. Que d’aller aux toilettes, c’est aussi grandir.
 
Mais alors, où est le blocage pour Petit Gris et comment l’aider à la dépasser ?
 
Quand on fait le tour de la littérature sur la question, des billets de blogs, des forums, l’avis général est plutôt de ne pas presser l’enfant, de laisser venir et de lui faire confiance. Oui, mais ce n’est parfois pas si simple. Car quand vient s’y mêler l’arrivée de la scolarisation, la pression, de fait, est présente.
 
Aujourd’hui, nous nous retrouvons a devoir arbitrer entre  ficher la paix à Petit Gris avec cela, le laisser déjà gérer émotionnellement sa rentrée, se créer ses repères pour être suffisamment rassuré. En espérant que le déclic viendra tout seul, sans doute aussi en dédramatisant la situation et en comptant sur l’exemple des copains à l’école. Et en faisant fi de cette pression qui nous angoisse de voir notre fiston « renvoyé » le temps que son acquisition soit plus solide.
 
Ou alors, aller chercher à l’extérieur une écoute et un accompagnement. Auprès d’un pédiatre ou d’un pédo-psy, quelqu’un qui puisse l’entendre lui, enfant, et nous écouter nous, parents. Histoire de ne pas trop faire peser notre propre angoisse sur Petit Gris et de pouvoir partager notre questionnement. Parce que se questionner au sein du couple, c’est bien, c’est nécessaire, mais au bout d’un moment on tourne un peu en rond.

Image: « Non, pas le pot! », Stéphanie Blake,  éd. École des loisirs.

Publicités

Une réflexion sur “Quand rentrée et propreté ne font pas bon ménage

  1. Pingback: Ces choses de rien | au bout du banc...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s