Courbatures, dur, dur

Le soleil a cela d’étonnant qu’il me fait faire toutes sortes de choses stupides.

En hiver, j’hiberne. Il ne faut pas me parler. Au printemps, je tape du pied en rongeant mon frein. Je suis chiante. Et au premier rayon de soleil un peu chaud qui semble nous promettre l’été, je pars à 100 à l’heure. Qui m’aime me suive.

Hier, par exemple. J’ai sauté à 2 pieds dans mes vieilles tennis qui n’avaient pas servies depuis quelques années. Un peu de musique dans les oreilles et je suis partie inspecter les petits sentiers de la forêt d’à côté. Au pas de course. Enfin, à mon pas de course à moi. Petites foulées, quoi. Et évidemment je n’ai pas trouvé mieux que de crier ma joie, ma fierté, mon ambition: « chéri, à partir d’aujourd’hui, c’est footing tous les soirs pour moi! ».

Encore une belle idée sortie de ma tête un peu trop chauffée par le soleil. Ce matin au réveil, courbatures de folie que je me suis traînée toute la journée et jambes tellement flagadas que j’ai bien failli m’étaller devant la machine à café. Classe. Et ce soir, je n’ai plus qu’une envie, c’est de me mettre au lit avec mes bonnes résolutions, et de m’endormir dessus. En mangeant du chocolat. Mais ça j’ai le droit, hier j’ai couru.

Allez, avec un peu de chance (on me souffle à l’oreillette qu’il s’agirait plutôt de volonté…), on en reparle demain!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s